RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT
1. Dénomination du médicament vétérinaire

BIOTILINA 100 MG/G PREMELANGE MEDICAMENTEUX POUR PORCINS ET LAPINS



2. Composition qualitative et quantitative

 

Un g contient :

 

 

 

Substance(s) active(s) :

 

Valnémuline………………………………………………………………

100,0 mg

(sous forme de chlorhydrate)

 

(équivalant à 106,5 mg de chlorhydrate de valnémuline)

 

 

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique « Liste des excipients ».

 



3. Forme pharmaceutique

 

Prémélange médicamenteux.

Poudre marron sans grumeaux et d’aspect homogène.



4. Informations cliniques

4.1. Espèces cibles

Porcins et lapins.



4.2. Indications d'utilisation, en spécifiant les espèces cibles

Chez les porcins :

- Traitement et métaphylaxie de la dysenterie porcine due à Brachyspira hyodysenteria sensible à la valnémuline.

- Traitement des signes cliniques de l’entéropathie proliférative porcine (iléite) due à Lawsonia intracellularis sensible à la valnémuline.

- Traitement et métaphylaxie de la pneumonie enzootique porcine due à Mycoplasma hyopneumoniae sensible à la valnémuline.

La présence de la maladie au sein du groupe d’animaux doit être établie avant toute utilisation du produit.

 

Chez les lapins :

- Réduction de la mortalité pendant un épisode d’entéropathie épizootique du lapin (EEL). Le traitement doit commencer dès le début de l’épisode, lorsque le premier lapin a été cliniquement diagnostiqué.



4.3. Contre-indications

Ne pas utiliser en cas d’hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients.

 

Ne pas administrer ce médicament vétérinaire aux porcins ou lapins traités par des ionophores. Ne pas dépasser la dose recommandée chez le lapin – des doses élevées peuvent créer des perturbations de la flore gastro-intestinale entrainant le développement d’une entérotoxémie.



4.4. Mises en garde particulières à chaque espèce cible

Porcins : En complément du traitement médicamenteux, des bonnes pratiques de gestion et d’hygiène doivent être mises en place afin de réduire le risque d’infection et de maîtriser le développement potentiel d’une résistance.

 

Un programme d’éradication ciblée de la maladie doit être envisagé dès le début de l’infection, en particulier en cas de dysenterie porcine.

 

Lapins : Le produit doit être utilisé dans le cadre d’un programme incluant des mesures visant à maitriser la maladie dans l’élevage telles que des contrôles de biosécurité et gestion d’élevage. Le diagnostic clinique doit être confirmé par autopsie. Les lapins peuvent montrer des signes cliniques d’Entéropathie Épizootique du Lapin (EEL) même sous traitement. Toutefois, la mortalité chez les lapins affectés est réduite par l’administration du traitement. Dans un essai clinique, les lapins traités ont montré une fréquence d’impaction et de diarrhée plus faible que les lapins non traités (4% et 12% versus 9% et 13% respectivement). L’impaction est plus fréquemment observée chez les lapins qui décèdent. Le tympanisme est plus fréquemment observé chez les lapins traités avec le produit que chez les lapins non traités (27% versus 16%). Une large proportion de lapins présentant un tympanisme guérit.

 

Les animaux dont la prise alimentaire est réduite doivent être traités par voie parentérale.

 

Une résistance croisée a été démontrée entre les pleuromutilines et les oxazolidinones, les phénicols, la streptogramine A et les lincosamides dans des isolats porcins de SARM. L’utilisation de la valnémuline doit être considérée avec attention lorsque des tests de sensibilité aux antimicrobiens ont montré une résistance aux pleuromutilines, oxazolidinones, phénicols, à la streptogramine A et aux lincosamides car son efficacité peut être réduite.

 

L’utilisation à long terme ou répétée de la valnémuline doit être évitée en améliorant les pratiques d’élevage et par le nettoyage et la désinfection.

 

A la dose recommandée de 10–12 mg/kg de poids vif, les lésions pulmonaires et la perte de poids sont réduites, mais une infection à Mycoplasma hyopneumoniae n’est pas éradiquée.



4.5. Précautions particulières d'emploi

i) Précautions particulières d'emploi chez l'animal

Des effets indésirables ont été observés chez les porcs suite à l’utilisation du médicament vétérinaire. Leur survenue semble être principalement associée aux races de porcs croisées incluant les Landrace Danois et/ou Suédois. Il convient donc de faire preuve d’une extrême prudence lors de l’utilisation du médicament vétérinaire chez les porcs des races Landrace Danois et Suédois, et leurs croisements, en particulier chez les porcs les plus jeunes. Le traitement des infections causées par Brachyspira spp. doit être basé sur des informations épidémiologiques locales (régionales, à l’échelle de l’élevage) concernant la sensibilité de la bactérie cible.

 

A n’utiliser qu’en cas d’épisode confirmé d’entéropathie épizootique du lapin (EEL) lorsque le diagnostic a été cliniquement posé et confirmé par autopsie. Ne pas utiliser en prophylaxie.

 

En raison de la variabilité probable (temporelle, géographique) de l’apparition de résistances des bactéries aux pleuromutilines, l’utilisation du produit doit être basée sur des tests de sensibilité et doit tenir compte des politiques officielles et locales concernant l’antibiothérapie.

L’utilisation du produit en dehors des recommandations du RCP peut entraîner une augmentation de la prévalence des bactéries résistantes à la valnémuline et peut diminuer l’efficacité d’autres pleuromutilines et d’autres antimicrobiens en raison de possibles résistances croisées (voir rubrique « Mises en garde particulières à chaque espèce cible » et « Propriétés pharmacodynamiques »).

En l’absence de réponse dans les 3 premiers jours de traitement, le diagnostic devra être reconsidéré.



ii) Précautions particulières à prendre par la personne qui administre le médicament vétérinaire aux animaux

La valnémuline peut entraîner des réactions allergiques. Les personnes présentant une hypersensibilité connue à la valnémuline doivent administrer le médicament vétérinaire avec précaution. Le contact direct avec la peau ou les muqueuses doit être évité lors du mélange et de la manipulation de l’aliment final contenant le produit. Porter des gants lors de la manipulation du médicament vétérinaire. En cas d’ingestion accidentelle, demandez immédiatement conseil à un médecin et montrez-lui la notice ou l’étiquette.



iii) Autres précautions

La valnémuline est toxique pour les plantes terrestres. La valnémuline est classée comme substance persistante.



4.6. Effets indésirables (fréquence et gravité)

Lapins : Voir rubrique « Mises en garde particulières à chaque espèce cible ».

 

Porcins : Les effets indésirables suite à l’utilisation du médicament vétérinaire sont principalement associés aux races Landrace Danois et/ou Suédois et/ou à leurs croisements.

 

Les effets indésirables les plus fréquemment observés chez ces porcs sont hyperthermie, anorexie et dans les cas sévères ataxie et décubitus. Dans les élevages concernés, un tiers des porcs traités ont été affectés, avec une mortalité de 1%. Un certain pourcentage de ces porcs peut également présenter un œdème ou un érythème (postérieurs), et un œdème palpébral. Lors d’essais cliniques contrôlés chez des animaux prédisposés, la mortalité était inférieure à 1%.

 

Lors de la survenue d’effets indésirables, l’arrêt immédiat du traitement est recommandé. Les porcs sévèrement atteints doivent être placés dans des enclos propres et secs et recevoir un traitement approprié, incluant un traitement des affections concomitantes.

 

La valnémuline est bien acceptée dans l’alimentation, mais des concentrations supérieures à 200 mg de valnémuline / kg d’aliment peuvent entraîner pendant les premiers jours d’alimentation, une réduction transitoire de la prise de nourriture associée à une inappétence.

 

La fréquence des effets indésirables est définie comme suit :

- très fréquent (effets indésirables chez plus d’1 animal sur 10 animaux traités)

- fréquent (entre 1 et 10 animaux sur 100 animaux traités)

- peu fréquent (entre 1 et 10 animaux sur 1 000 animaux traités)

- rare (entre 1 et 10 animaux sur 10 000 animaux traités)

- très rare (moins d’un animal sur 10 000 animaux traités, y compris les cas isolés).

 



4.7. Utilisation en cas de gestation, de lactation ou de ponte

Gestation et lactation : Les études de laboratoire sur les rats et les souris n’ont pas mis en évidence d’effets tératogènes. Cependant, l’innocuité du médicament vétérinaire n’a pas été établie chez les truies gestantes ou allaitantes. L’utilisation ne doit se faire qu’après évaluation du rapport bénéfice/risque établie par le vétérinaire.



4.8. Interactions médicamenteuses et autres formes d'interactions

La valnémuline présente des interactions avec des ionophores tels que le monensin, la salinomycine et le narasin. Il en résulte des signes de toxicité qu’il est impossible de distinguer de ceux produits par une intoxication aux ionophores. Les animaux ne doivent donc pas recevoir de produits contenant du monensin, de la salinomycine ou du narasin pendant le traitement par la valnémuline, ni pendant les 5 jours (au minimum) qui précèdent ou qui suivent ce traitement. Cela pourrait entraîner un retard de croissance important, une ataxie, une paralysie, voire la mort de l’animal.



4.9. Posologie et voie d'administration

 Administration dans l’alimentation :

La consommation de l’aliment médicamenteux dépend de l’état clinique de l’animal. La concentration du médicament vétérinaire doit être ajustée afin d’obtenir le dosage correct. Il peut également s’avérer nécessaire pour atteindre le dosage cible d’augmenter le taux d'incorporation chez les porcs plus âgés ou les porcs soumis à des restrictions alimentaires.

Le taux d’incorporation du prémélange par kg d’aliment doit être calculé avec la formule suivante :

mg du prémélange/kg d’aliment = Dosage requis (mg de valnémuline/kg de poids vif) x 10 x poids vif (kg)/Apport alimentaire quotidien (kg).

 Porcins :

  

Traitement et métaphylaxie de la dysenterie porcine

 

3–4 mg de valnémuline/kg de poids vif/jour pendant 7-10 jours. Pour une consommation alimentaire de 50 g/kg de poids vif, cette dose correspond à 0,6-0,8 kg/tonne de prémélange médicamenteux (équivalant à 60 – 80 g de valnémuline par tonne d’aliment médicamenteux).

  

Il est important d’instaurer le traitement le plus rapidement possible lors de l’apparition d’une dysenterie porcine. En l’absence de réponse dans les 5 premiers jours de traitement, le diagnostic devra être reconsidéré. La présence de la maladie au sein du groupe d’animaux doit être établie avant toute utilisation du produit.

 

Traitement des signes cliniques de l’entéropathie proliférative porcine (iléite)

 

3–4 mg de valnémuline/kg de poids vif/jour pendant 2 semaines. Pour une consommation alimentaire de 50 g/kg de poids vif, cette dose correspond à 0,6-0,8 kg/tonne de prémélange médicamenteux (équivalant à 60 – 80 g de valnémuline par tonne d’aliment médicamenteux).

  

Il est important d’instaurer le traitement le plus rapidement possible lors de l’apparition d’une entéropathie proliférative porcine. En l’absence de réponse dans les 5 premiers jours de traitement, le diagnostic devra être reconsidéré. Un traitement parentéral devra être envisagé pour les animaux sévèrement atteints qui ne répondent pas au traitement sous 3 – 5 jours.

  

Traitement et métaphylaxie de la pneumonie enzootique porcine

 

10-12 mg de valnémuline/kg de poids vif/jour pendant 3 semaines. Pour un apport alimentaire de 50 g/kg de poids vif, cette dose correspond à 2-2,4 kg/tonne de prémélange médicamenteux (équivalant à 200 – 240 g de valnémuline par tonne d’aliment médicamenteux).

 

Une surinfection par des microorganismes tels que Pasteurella multocida et Actinobacillus pleuropneumoniae peut compliquer une pneumonie enzootique et nécessiter un traitement spécifique. La présence de la maladie au sein du groupe d’animaux doit être établie avant toute utilisation du produit.

  

Lapins :

  

Réduction de la mortalité lors d’une épidémie d’entéropathie épizootique du lapin

 

3 mg/kg de poids vif pendant 21 jours. Pour une consommation alimentaire de 85 g/kg de poids vif, cette dose correspond à 0,35 kg/tonne de prémélange médicamenteux (équivalant à 35 g de valnémuline par tonne d’aliment médicamenteux).

  

La quantité d’aliment consommée par jour doit être notée et le taux d’incorporation doit être adapté en conséquence.

  

L’utilisation répétée de la valnémuline doit être évitée en améliorant les pratiques d’élevage et par le nettoyage et la désinfection. Une importance particulière devrait être accordée à l’éradication de l’infection de l’élevage.

 

Instructions pour le mélange :

 

Des conditions de granulation agressives telles que des températures supérieures à 80°C (température de la matrice), et l’utilisation de substances abrasives lors du mélange préalable doivent être évitées. 

 

Afin de garantir la qualité et l’homogénéité de l’incorporation, il est recommandé d’effectuer un mélange préalable du produit dans les proportions 1:10-200 avec un aliment dont les caractéristiques physiques sont semblables (brisures de blé par exemple) ceci avant de le mélanger à l’aliment final.

  

Pour préparer le mélange préalable, la quantité du prémélange qui sera incorporée à 50 kg d’aliment pour la préparation de 1000 kg d’aliment est détaillée ci-dessous :

 

aliment médicamenteux à 35 ppm : 350 g de prémélange dans 50 kg d’un aliment similaire.

aliment médicamenteux à 75 ppm : 750 g de prémélange dans 50 kg d’un aliment similaire.

aliment médicamenteux à 200 ppm : 2000 g de prémélange dans 50 kg d’un aliment similaire.

  

Après sa préparation, le mélange préalable est incorporé et mélangé dans la quantité restante d’aliment pour obtenir 1000 kg.



4.10. Surdosage (symptômes, conduite d'urgence, antidotes), si nécessaire

Aucun signe de toxicité n’a été observé chez des porcs ayant reçu 5 fois la dose recommandée. Ne pas dépasser la dose recommandée chez le lapin – des doses élevées peuvent créer des perturbations de la flore gastro-intestinale entrainant le développement d’une entérotoxémie (voir rubrique « Contre-indications »).



4.11. Temps d'attente

Porcins :

Viande et abats : 1 jour.

 

Lapins :

Viande et abats : zéro jour.



5. Propriétés pharmacologiques

Groupe pharmacothérapeutique : Antiinfectieux pour usage systémique, pleuromutilines.

Code ATC-vet : QJ01XQ02


 



5.1. Propriétés pharmacodynamiques

La valnémuline est un antibiotique appartenant au groupe des pleuromutilines, qui agit en inhibant le déclenchement de la synthèse protéique au niveau du ribosome bactérien. La valnémuline est active contre Mycoplasma spp., Lawsonia intracellularis, et les spirochètes tels que Brachyspira hyodysenteriae.

 

La valnémuline se lie à la sous-unité 50S du ribosome et inhibe fortement la peptidyl-transférase impliquée dans la synthèse des protéines bactériennes. Le développement de résistances se produit principalement par des mutations chromosomiques des gènes 23 rRNA et rplC des ribosomes bactériens. Ces mutations apparaissent relativement lentement, de façon progressive, et ne sont pas transférées horizontalement. De plus, les gènes de résistance comme les gènes vga et cfr peuvent se trouver dans des éléments génétiques mobiles et donc transférables entre bactéries et entre différentes espèces bactériennes.

 

Dans certaines régions européennes, une proportion croissante d’isolats de Brachyspira hyodysenteriae provenant de cas cliniques montre une sensibilité in vitro significativement réduite aux pleuromutilines. Une résistance croisée a été démontrée entre les pleuromutilines et les oxazolidinones, les phénicols, la streptogramine A et les lincosamides dans des isolats porcins de SARM. L’utilisation de la valnémuline doit être considérée avec soin quand des tests de sensibilité aux antimicrobiens ont montré une résistance aux pleuromutilines, oxazolidinones, phénicols, à la streptogramine A et aux lincosamides car son efficacité peut être réduite.



5.2. Caractéristiques pharmacocinétiques

Chez le porc, une absorption supérieure à 90% a été démontrée après l’administration d’une dose orale unique de substance radiomarquée. Les concentrations plasmatiques maximales (Cmax) du produit radiomarqué ou non marqué ont été atteintes (tmax) 1 à 4 heures après l’administration et une demi-vie plasmatique (t½), estimée à partir de données obtenues avec du produit non radiomarqué, est comprise entre 1 et 4,5 heures. Une relation linéaire a été établie entre la concentration et la dose administrée. Une légère accumulation a été constatée après l’administration de doses répétées, mais l’état d’équilibre a été atteint en 5 jours.

 

En raison d’un effet de premier passage important, les concentrations plasmatiques varient selon le mode d’administration, mais la valnémuline se concentre très fortement dans les tissus, en particulier dans les poumons et le foie, en comparaison au plasma. Cinq jours après l’administration de la dernière des 15 doses de valnémuline radiomarquée chez le porc, la concentration hépatique était plus de 6 fois supérieure à la concentration plasmatique. Deux heures après l’arrêt de l’administration du prémélange médicamenteux avec l’aliment à raison de deux fois par jour pendant 4 semaines à la dose de 15 mg/kg de poids vif/jour, la concentration hépatique était de 1,58 µg/g et la concentration pulmonaire de 0,23 µg/g, alors que les concentrations plasmatiques étaient inférieures au seuil de détection.

 

La valnémuline est largement métabolisée et l’excrétion de la molécule mère et des métabolites se fait principalement par voie biliaire chez le porc. 73% – 95% de la radioactivité totale de la dose quotidienne a été retrouvée dans les fèces. La demi-vie plasmatique était de 1,3 à 2,7 heures, et la majeure partie de la radioactivité totale administrée a été excrétée dans les 3 jours qui ont suivi la dernière administration. Chez le lapin, la valnémuline est largement métabolisée en produisant les mêmes métabolites trouvés chez le porc. Des traces de valnémuline ont été observées dans le foie.

 

Propriétés environnementales

 

La valnémuline est toxique pour les plantes terrestres. La valnémuline est classée comme substance persistante.



6. Informations pharmaceutiques

6.1. Liste des excipients

Cosse d’amandes

Dioxyde de silicium (E551)

Paraffine liquide légère



6.2. Incompatibilités majeures

En l’absence d’études de compatibilité, ce médicament vétérinaire ne doit pas être mélangé avec d’autres médicaments vétérinaires.



6.3. Durée de conservation

Durée de conservation du médicament vétérinaire tel que conditionné pour la vente : 30 mois.

Durée de conservation après première ouverture du conditionnement primaire : 6 mois.

Durée de conservation après incorporation dans les aliments des porcs : 1 mois.

Durée de conservation lors de l’incorporation dans des aliments granulés pour porc et protégés de la lumière et de l’humidité : 3 semaines.

Durée de conservation lors de l’incorporation dans des aliments granulés pour lapins et protégés de la lumière et de l’humidité : 4 semaines.



6.4. Précautions particulières de conservation

Conserver le sac soigneusement fermé de façon à protéger de la lumière.



6.5. Nature et composition du conditionnement primaire

Sac multicouche polyéthylène basse densité/papier/papier/papier


 



6.6. Précautions particulières à prendre lors de l'élimination de médicaments vétérinaires non utilisés ou de déchets dérivés de l'utilisation de ces médicaments

Les conditionnements vides et tout reliquat de produit doivent être éliminés suivant les pratiques en vigueur régies par la réglementation sur les déchets.



7. Titulaire de l'autorisation de mise sur le marché

VETPHARMA ANIMAL HEALTH
LES CORTS, 23
08028 BARCELONA
ESPAGNE



8. Numéro(s) d'autorisation de mise sur le marché

FR/V/7443309 6/2020

Sac de 25 kg

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.



9. Date de première autorisation/renouvellement de l'autorisation

29/04/2020



10. Date de mise à jour du texte

29/04/2020